Au Luxembourg, un chef, Clovis Degrave, a ouvert sa "Chef's Table" il y a quelques mois à Dommeldange. Zoom sur ce concept novateur.

C'est un nouveau concept qui a débarqué au Luxembourg, celui de "Chef's Table". Les amateurs de documentaires et de gastronomie n'ont d'ailleurs pas pu manquer la série Netflix qui a popularisé ces dîners pas tout à fait comme les autres, réalisés par des chefs sous les yeux de leurs clients. Depuis le mois de septembre, Clovis Degrave a ainsi quitté la cuisine de l'Hostellerie Du Grünewald à Dommeldange pour se lancer dans cette nouvelle aventure de l'autre côté de la route d'Echternach et ouvrir sa "Grünewald Chef's Table".

Là se trouve un grand comptoir en demi-cercle à même d'accueillir 18 clients. Au centre, la cuisine, où le chef trentenaire et sa brigade concoctent chacun des huit plats (plus un snack)  inscrits à un menu dont le prix a été fixé à 165€ (hors boissons), lequel est décliné en 4 services le midi (85€). "Il est clair qu'on n'a pas le droit de se louper" confie le chef, qui relève un challenge inédit tout en continuant de gérer l'Hostellerie avec sa compagne Aline Bourscheid. "On est observé en permanence c'est vrai, mais on finit par l'oublier. Ce qui est chouette, c'est de voir dès les premières minutes les gens papoter entre eux, s'intéresser à ce qu'on fait. On peut apporter les précisions qu'ils souhaitent car on est directement face à eux, ce qu'on ne trouve pas forcément dans d'autres restaurants. Je pense qu'en ouvrant nos cuisines totalement, on crée et on offre une nouvelle expérience."

Ce jour-là, on a notamment eu droit à une entrée "Coquillages et crustacés" composée de salicornes (une plante halophile), crevettes grises, moules et couteaux - et servie sur la chanson de Brigitte Bardot! -, d'un Saint Pierre et d'une crevette "gambero rosso", avec de l'ail rose et un jus de bouillabaisse ou encore d'une pièce de boeuf, oignon, chorizo bellota servie avec un ravioli de boeuf braisé et du jus au foin. Tous les plats ont réservé à chaque fois une saveur soit surprenante, soit prononcé. On a beau chercher, en dehors d'un tarif à la hauteur d'un établissement étoilé, on n'a rien trouvé à y redire.

"Quand on met du citron, on y va à fond" confirme Clovis Degrave. "Quand on pense au citron, on pense acidité, fraîcheur. Quand on fait un bouillon thaï, on pense coriandre, épices, un peu de chaleur. C'est ça notre cuisine. Une cuisine assez prononcée, avec beaucoup de peps et beaucoup de goût." 

À quelques semaines de la cérémonie du guide Michelin à Anvers, le 26 février prochain, on serait surpris de ne pas voir cette unique Chef's Table du Luxembourg récompensée de quelque manière que ce soit...