Sans le savoir, les milliers de fans d'artistes phares du rap français comme IAM, Sam's ou Youssoupha vibrent au son de ce musicien de l'ombre luxembourgeois.

Si vous êtes amateur de rap et que vous décortiquez les pochettes de disques de IAM, Youssoupha, Sam's ou Dorian, vous tomberez forcément sur le nom d'Eric Bintz, ou sur son pseudonyme Cehashi. Depuis une vingtaine d'années, ce musicien-producteur franco-luxembourgeois collabore avec des pointures du genre qui l'a passionné dès l'adolescence. Tout a commencé par une initiative pleine de culot.

"La première fois, le premier voyage, se rappelle Eric, on est allés à Paris avec une cassette [...] On a rencontré une personne qui s'occupait d'un label qui s'appelait Original Bombattak dans un magasin de vêtements à Châtelet. Parce que Châtelet-les Halles, à l'époque à Paris, c'était l'endroit où il fallait se trouver."

Le contact est créé, les productions d'Eric et son compère séduisent un milieu en pleine effervescence au début des années 2000 : "Il n'y avait pas Internet. On prenait beaucoup le train. Mon premier interlocuteur, le responsable du label Original Bombattak sur Paris, m'a un jour proposé de passer au studio. J'y étais le lendemain, je suis resté deux semaines !"

Le "beatmaker", comme on a coutume de dire dans l'univers du rap, devient vite un collaborateur privilégié d'artistes comme Akhenaton ou Youssoupha.

"J'ai l'habitude de passer du temps en studio avec les artistes, c'était le cas avec Youssoupha par exemple pour lequel j'ai réalisé deux albums. Aujourd'hui, je voyage un peu moins mais j'avoue que je n'aime pas bouger. Et désormais j'ai la chance de pouvoir les forcer à venir dans mon studio !"

Eric Bintz, qui possède une impressionnante collection de disques vinyle, enrichit ses connaissances musicales au fil des ans et des collaborations, en bon explorateur. Il ose désormais se présenter comme un "musicien".

"Au début, je samplais beaucoup les disques de ma collection, j'ai arrêté. Et ce n'est pas qu'une question juridique. À force d'étudier la musique que j'aime, j'ai finir par composer mes propres boucles. Au point de m'éloigner de la production rap à strictement parler pour aborder toutes sortes de styles."

Cette confiance s'est également accrue grâce au travail que le musicien a produit pour le cinéma. Eric Bintz a réalisé deux bandes originales de films, Baby (A)lone de Donato Rotunno en 2015 et Sawha d’Adolf El Assa en 2019.