Rockstar Games a dévoilé lundi soir la bande-annonce de son prochain GTA, qui marque le retour à "Vice City".

Les fans l'attendaient avec impatience: une première bande-annonce du prochain volet de "Grand Theft Auto" (GTA) a été diffusée lundi, dix ans après la sortie du précédent opus du très populaire et controversé jeu d'action. "GTA VI" sortira en 2025.

La vidéo mise en ligne par Rockstar Games montre un retour du jeu vidéo à "Vice City" - le décor inspiré de Miami - et, pour la première fois, un personnage principal féminin.

Le studio avait prévu de la diffuser mardi, mais a décidé d'anticiper sa mise en ligne à cause d'une "fuite", a-t-il précisé.

Dans la bande-annonce, une gardienne de prison demande à une jeune femme en combinaison orange, celle des détenus américains, "Lucia, tu sais pour quoi tu es ici?". "Manque de bol j'imagine?", lui répond Lucia, qu'on retrouve ensuite debout dans une décapotable lancée sur l'autoroute puis, liasse de billets à la main, dans une autre voiture conduite par un homme. "La seule façon pour nous de nous en sortir, c'est de rester ensemble", assure-t-elle à son compagnon.

La vidéo évoque ainsi un duo criminel à la "Bonnie and Clyde" et confirme plusieurs rumeurs au sujet du nouvel épisode, dont celles du lieu et d'un personnage féminin central et jouable, une première pour GTA.

Elle a reçu plus de 3 millions de votes approbateurs sur YouTube dans l'heure qui a suivi la publication.

RTL

Le logo de Rockstar Games devant des pochettes de jeux vidéo de la franchise "Grand Theft Auto", dit GTA / © AFP

Selon la maison-mère de Rockstar Games, l'entreprise américaine Take-Two, l'ensemble de la franchise s'est vendue à 410 millions d'exemplaires dans le monde, dont 190 millions pour le dernier opus "GTA V" sorti en 2013 et recordman des ventes du secteur aux Etats-Unis tant en volume qu'en valeur.

Mais son succès n'a pas été exempt de polémiques notamment en raison de l'aspect sulfureux du jeu qui met en scène des individus aux comportements délictueux et qui incite, selon ses détracteurs, les joueurs à reproduire eux-mêmes les actes de leur personnage, des accusations rejetées par Take-Two.

La franchise a été bannie ou restreinte dans plusieurs pays.

Lors des épisodes précédents, les joueurs pouvaient incarner un membre de la mafia italienne à New York (ou Liberty City), suivre les traces du héros de Scarface Tony Montana à Miami (Vice City) ou se glisser dans la peau d'un ancien membre de gang à Los Angeles (Los Santos).

Au programme: vols de voiture, braquages, vente de drogue ou batailles de rue, sur fond de bande-son adaptée à l'époque et au style de la ville traversée.

GTA VI n'est pas en reste, avec des fêtes sur des yachts, un alligator en fuite et moult courses-poursuites.

"Frère, ce jeu va être un portrait surréaliste de l'Amérique", a réagi l'internaute "AdequateAlien" sur l'un des nombreux forums de la plateforme Reddit dédiés au jeu vidéo. "Des néons psychédéliques au ciel aux rencontres étranges avec les personnages. J'ai l'impression que j'en fais trop avec ce jeu mais il a l'air d'être fou", a continué l'utilisateur.

Volontairement politiquement incorrect, GTA permet aux joueurs de "se comporter d'une manière qui causerait immédiatement des problèmes dans la vraie vie, voire même ferait risquer la prison ou la mort", souligne l'analyste de Wedbush, Nick McKay. "Dans la vie de tous les jours, notre comportement est largement dicté par ce que la société nous autorise ou nous interdit de faire. Dans GTA tout est possible quand on le veut et si cela a des conséquences, il suffit de relancer le jeu", détaille-t-il.

Au-delà de la question de la violence, la série a été fortement critiquée pour ses représentations particulièrement misogynes des femmes et caricaturales des minorités, sans parler des mises en scène de torture.

Certes, "GTA V" a intégré des personnages transgenres non jouables mais "ce sont des travailleuses du sexe totalement caricaturales", notait Blair Durkee, directrice associée en charge du secteur du jeu vidéo de l'organisation GLAAD de défense des droits LGBT+, en amont de la sortie de la bande-annonce. "Nous souhaitons vraiment que GTA VI ait une approche plus inclusive", insistait-elle.

La liberté d'action dans un univers toujours plus étendu est l'une des clés du succès de GTA. "Je peux suivre l'histoire scénarisée ou juste explorer le monde et semer le chaos pour m'amuser", rappelle M. McKay, "peu de choses sont impossibles".

Cinq ans après la sortie de "GTA V", Rockstar Games avait fait basculer l'univers de GTA en ligne, distillant de nouveaux contenus et maintenant du même coup l'intérêt de son immense communauté.