Vendredi matin, le directeur général des CFL, Marc Wengler, était l'invité de RTL. Il a fait le point des perturbations à venir sur le réseau ferroviaire luxembourgeois, mais aussi des progrès.

La semaine prochaine, le trafic ferroviaire va connaître quelques perturbations au Luxembourg. Sur la ligne Audun-le-tiche - Esch, les trains seront remplacés par des bus de substitution pendant le congé de Carnaval du 12 au 16 février. Et seulement un train sur deux circulera entre Volmerange-les-Mines et Bettembourg durant cette même semaine. Ces adaptations sont dues à une pénurie de personnel. Le directeur général des CFL, Marc Wengler, a expliqué vendredi sur RTL qu'"une combinaison de plusieurs facteurs" est à l'origine de ce manque de personnel. Aux congés de Carnaval se sont ajoutés de "nombreux arrêts maladie".

La direction "ne souhaitait pas annuler de congés maintenant, car le personnel a beaucoup donné ces derniers mois", selon Marc Wengler. La pénurie ne concerne que le personnel d'accompagnement. Le directeur général des CFL estime que la compagnie n'a pas pu recruter ni former suffisamment de personnel pendant la pandémie: "A l'époque, nous ne pouvions pas recruter des classes aussi nombreuses." "En 2021 et 2022, les CFL n'ont pas atteint leur objectif de recrutement." Les choses s'annoncent mieux cette année, même si les nouvelles recrues ne sont pas encore complètement formées. La compagnie ferroviaire a également élargi son réservoir d'embauche, en engageant par exemple des collaborateurs à mi-temps ou des collaborateurs francophones.

Pourquoi la compagnie a-t-elle choisi les deux lignes citées plus haut pour restreindre le trafic ferroviaire? Ce choix s'explique par le fait que les CFL souhaitent impacter le moins de clients possible. Mais "cela ne signifie pas que ces usagers seront abandonnés à leur sort", souligne Marc Wengler. Des bus de substitution dans un cas et des trains avec plus de places assises dans l'autre, seront mis en service et cela suffira, selon lui.

Plus de ponctualité et plus de confort

Le personnel est une chose, l'infrastructure en est une autre. "Nous sommes dans une phase de volumes extrêmement importants de chantiers sur le réseau ferroviaire,", selon Marc Wengler. "Cette année, les gros travaux se situent plutôt dans le sud", avec la ligne nouvellement construite Bettembourg – Luxembourg. Cette ligne est actuellement "le plus gros goulot d'étranglement", où se rejoignent de grandes lignes de transport de passagers et de fret. A Bettembourg, entre juillet et septembre, la ligne ferroviaire et la gare seront temporairement fermées, notamment à cause du remplacement du pont d’Hammerel par l'Administration des Ponts et Chaussées.

En raison de ce chantier, aucun TGV ne circulera entre Luxembourg et la capitale française pendant les Jeux Olympiques de Paris. Marc Wengler a indiqué que c'était évidemment "dommage". Mais la compagnie ferroviaire luxembourgeoise est en contact avec la SNCF. Il ne peut rien promettre, mais il n'est "pas impossible que le TGV aille jusqu'à la gare d'Esch-Belval."

Les voies supplémentaires, les quais et les nouveaux trains dotés de plus de sièges, qui seront déjà mis en service cette année, devraient encore augmenter les capacités. Une fois toutes les étapes importantes franchies dans les années qui viennent, "une ponctualité encore nettement plus grande" et un plus grand confort seront assurés, selon le directeur général des CFL.

L'objectif de 92% de trains qui arrivent à l'heure a été en moyenne atteint l'année dernière, mais pas partout. Cet objectif de ponctualité a été dépassé sur la ligne nord et sur la ligne de Wasserbillig. Les CFL sont restés en deçà de l'objectif sur un certain nombre de lignes plus fréquentées dans le sud du pays.