Le monde numérique fait déjà partie du quotidien de nombreux enfants. Mais cela n'est pas nécessairement toujours mauvais, en fonction bien sûr de l’âge de l'enfant.

Selon le rapport "Bee Secure Radar 2024", les enfants sont en contact avec l'Internet de plus en plus tôt. Mais la question de savoir si l’utilisation du smartphone est problématique, dépend plutôt de ce que l’enfant fait en ligne. Considérer le temps passé devant un écran comme unique facteur déterminant d’une utilisation saine ou malsaine des médias numériques, c'est un peu court. Même l'expression d'"addiction au smartphone" est souvent utilisée trop rapidement, selon Aline Hartz de l'ASBL "Kanner- a Jugendtelefon". La psychologue affirme que pour qu'il y ait dépendance, d'autres facteurs sont nécessaires. Par exemple que l'enfant abandonne ses loisirs et ses amis, ne s'intéresse plus à rien d'autre et perde également sa concentration à l'école.
Surtout à la puberté, l’utilisation du téléphone portable peut devenir un sujet de discorde. Il arrive aussi que des jeunes se sentent injustement traités par leurs parents et appellent alors la ligne d'assistance "Kanner- a Jugendtelefon", explique la psychologue Aline Hartz. Soit parce que les parents n'ont pas expliqué aux enfants pourquoi ils doivent passer moins de temps sur Internet ou devant les jeux vidéo. Soit aussi parce que les enfants se sentent surveillés par les outils numériques des parents.

L'équipe de l'association "Kanner- a Jugendtelefon" a remarqué que de tels conflits surviennent par exemple quand un adolescent découvre que ses parents surveillent où il se trouve via son téléphone. Il s'agit d'une rupture de confiance très nette. En général, il convient de parler ouvertement du comportement en ligne, d'après Aline Hartz. Les règles doivent être négociées ensemble, elles sont alors plus faciles à accepter.

Et surtout, il est essentiel de respecter soi-même les règles qu'on établit. Pas de téléphone portable à table, cela ne fonctionne que si les adultes s'y tiennent également, ajoute la psychologue. Un bon début pour éviter les conflits, c'est pour les parents de s'intéresser à ce que fait leur enfant. En effet, ce qui est important, ce n’est pas seulement le temps que vous passez en ligne, mais surtout ce que vous en faites.

L'ASBL "Kanner- a Jugendtelefon" constate également que de nombreux jeunes utilisent eux-mêmes des applications pour réduire le temps passé sur leur téléphone portable. C'est aussi un sujet qu'il serait bon d'aborder en famille, et pourquoi pas essayer ensemble.