Une vidéo d'une jeune femme choquée a mis le feu aux poudres. Elle accable le ministre de l'Education nationale et du Logement de violences présumées à l'égard d'une femme dans un restaurant. Claude Meisch et l'intéressée, une haute fonctionnaire, démentent.

L'incident se serait produit après une discussion animée dans un restaurant de la rue Chimay à Luxembourg-Ville. La vidéo, dans laquelle la jeune étudiante parle de l'incident présumé, était en ligne depuis longtemps, avant de refaire surface récemment.

Interrogés par RTL, le ministre, tout comme la femme concernée -une haut fonctionnaire du ministère de l'Éducation nationale-, ont déclaré que Claude Meisch n'avait à aucun moment été agressif ou qu'il avait frappé la femme. Il est question de diffamation et de poursuites judiciaires.

Quand? Où? Quoi?

Le vendredi 5 janvier, le ministre de l'Éducation a rencontré une femme autour d'une tasse de café dans un restaurant rue Chimay. La conversation a été "très animée et en partie émotionnelle", selon Claude Meisch. Il reconnaît qu'une tasse de café est effectivement tombée au sol et dit l'avoir nettoyé. "Mais je nie formellement qu'il y ait eu une quelconque agression", a déclaré l'homme politique du DP.

La haute fonctionnaire écrit également qu'elle "n'a à aucun moment été agressée physiquement". Elle considère ces rumeurs comme diffamatoires et préjudiciables à sa réputation et se réserve le droit d'engager des poursuites judiciaires. Le ministre fait des déclarations similaires.

Une autre personne qui se trouvait au même moment au premier étage du restaurant est une jeune étudiante, qui s'était présentée aux élections communales à Dippach en 2023 sous la couleur du DP, c'est-à-dire le même parti que le ministre.

RTL s'est entretenu avec la jeune femme jeudi. Elle maintient les déclarations qu'elle a faites dans la vidéo. Elle dit qu'elle n'a pas vu le ministre frapper la femme, mais qu'il s'agissait d'une terrible dispute et qu'une tasse avait été renversée. Elle aurait entendu le ministre dire "Je t'ai frappé et tu l'as mérité". La jeune femme devait accorder une interview à RTL vendredi, mais elle s'est rétractée jeudi soir. "Je ne veux plus rien à voir avec ça" a-t-elle lancé à l'attention des journalistes ce jeudi soir, toujours via une vidéo postée sur Instagram.

Le Parquet a confirmé qu'aucune plainte n'avait été déposée contre Claude Meisch. Le parquet a également déclaré qu'il n'existe pas d'informations sur d'éventuels enregistrements de caméras sur les lieux.

La police a été appelée sur place par une autre personne. Lorsque les fonctionnaires sont arrivés, le ministre et la haute fonctionnaire ne se trouvaient plus dans le restaurant. La jeune étudiante a également été entendue par la police.

Le Premier ministre réagit

Le Premier ministre Luc Frieden a déclaré dans la soirée avoir "pris connaissance d’allégations contre le Ministre de l’Education nationale circulant sur les réseaux sociaux et des articles qui ont apparu dans la presse à ce sujet." Son cabinet ajoute : "Depuis, il (Luc Frieden, ndlr) a parlé au ministre concerné qui a démenti avoir agressé physiquement une personne. Le Premier ministre s’attend à ce que les faits soient établis en toute transparence par les autorités compétentes. Par ailleurs, il souligne le principe que tous les membres du Gouvernement doivent faire preuve en toutes circonstances d’un comportement exemplaire."