Les crédits d'impôts conjoncture et CO2 et l'adaptation du barème fiscal avaient été votés fin juin par les députés. Voici ce qu'elles vont changer sur votre fiche de paie de juillet qui ne va pas tarder.

Dans quelques jours, vous allez recevoir une hausse de salaire ou de pension ! Grâce au vote de la nouvelle loi tripartite le 29 juin, les revenus des travailleurs et retraités du Luxembourg vont augmenter cette année puis à nouveau l'année prochaine !

La première hausse sera apportée grâce au crédit d'impôt conjoncture. C'est l'un des mécanismes prévus par la tripartite pour protéger le pouvoir d'achat et réduire la "progression froide" qui grignotait les salaires et les pensions.

Ce crédit d'impôt représente environ 5% de baisse d'impôt. Ce qui peut se chiffrer jusqu'à plusieurs dizaines d'euros en plus chaque mois:

  • environ 13€ par mois pour le salaire social minimum non-qualifié (2.508,24€)
  • environ 20€ par mois pour le salaire social minimum qualifié (3.009,88€)
  • environ 35€ par mois pour un salaire brut de 4.000€
  • 44€ par mois pour les salaires compris entre 4.600€ et 9.500€ brut

Puisqu'il est rétroactif au 1er janvier, le crédit d'impôt dû pour les six premiers mois de l'année sera versé en une fois sur le prochain salaire. La loi entrant en vigueur "au lendemain de sa publication au Journal officiel", le crédit d'impôt conjoncture sera déclenché le mois suivant, soit dès le mois de juillet puisqu'elle a été publiée ce jeudi 29 juin 2023.

En 2024, la hausse de salaire sera plus importante

En 2024, le crédit d'impôt sera remplacé par une adaptation permanente du barème fiscal. Plus avantageuse, elle compensera la "progression froide" par une baisse d'impôt de 6,3%. Soit l'effet de deux index et demi.

Traduction: pour le même salaire (ou la même retraite), vous payez moins d'impôt car le barème devient plus avantageux.

Selon les estimations du gouvernement, voici son effet:

  • Une personne célibataire, sans enfant et touchant 3.000€ brut par mois gagnera 285€ de pouvoir d’achat. C’est près de 24€ par mois.
  • Pour un célibataire avec 5.000€ de revenu brut par mois, c’est 705€ d’impôts en moins en 2024. Soit 58€ par mois.
  • Et pour une famille avec un enfant et 6.750€ de revenu brut, comptez jusqu’à 645€ d’impôts en moins.

Les syndicats, notamment l'OGBL, espèrent toutefois parvenir plus tard à une compensation de huit index plutôt que deux et demi. "Nous n’avons pas réussi à tout obtenir. Nous l’avons dit, mais c’est un premier pas symbolique très important. Et nous continuons à revendiquer l’adaptation complète", indiquait Nora Back après la tripartite.

Le crédit d'impôt CO2, petit coup de pouce en plus

Le texte de loi prévoit également la création d'un crédit d'impôt CO2. Plus modeste que le premier, il devra "compenser le coût de la taxe CO2 pour les plus bas salaires" selon le gouvernement.

Selon le texte de loi, le crédit d'impôt CO2 sera de 12€ par mois pour toutes celles et ceux dont les revenus ne dépassent pas 40.000€ par an (3.330€ par mois donc). Soit 144€ par an pour les salariés, retraités et indépendants.

Mais ce crédit d'impôt CO2 a un effet dégressif et rapportera moins à celles et ceux qui gagnent plus. Un salarié ou retraité percevant 60.000€ brut par an, soit 5.000€ par mois, aura droit à 6€ par mois de crédit CO2. Et l'aide ne sera pas accordée au-delà d'un salaire brut de 79.999€ par an (le détail dans notre tableau plus haut, ndlr).
Censée valoriser le pouvoir d'achat, le crédit d'impôt CO2 et l'adaptation du barème fiscal seront toutefois limitées par deux autres changements:

  • la baisse du montant du crédit d'impôt salarié début 2024 (-8€ par mois pour un employé au salaire social minimum qualifié)
  • la hausse de la taxe CO2 au 1er janvier: elle passera de 30 à 35€ par tonne de carbone.

RTL