Il a mis en musique nombre de films produits au Luxembourg, un compositeur pour le cinéma passe de l'autre côté de la caméra.

Son nom ne vous est sans doute pas familier, mais il y a fort à parier que vous ayez déjà souri, pleuré, angoissé ou jubilé au son de la musique du compositeur André Dziezuk .

Car ce fils d’accordéoniste, natif de Thionville, est devenu un spécialiste de la bande originale de film au Luxembourg, avec une cinquantaine d'œuvres à son actif, parmi lesquelles Avant l'hiver (2013) de Philippe Claudel ou Tel Aviv on Fire (2018) de Sameh Zoabi.

Pourtant, rien ne prédestinait ce passionné de musique à marcher dans les pas de Michel Legrand ou Gast Waltzing plus près de nous." C'est arrivé totalement par hasard, nous a-t-il confié. J'étais un auditeur avant tout. Puis j'ai commencé à faire de l'électro avec un guitariste luxembourgeois, Marc Mergen. Un jour, un ami nous a dit qu'il connaissait un réalisateur qui cherchait de la musique électro pour son film. Il se trouve que ce film était Une liaison pornographique avec Nathalie Baxe et Sergi López. On a proposé nos maquettes qui sont devenues la musique du film. On a enchaîné avec d'autres projets cinématographiques ou documentaires, tellement en fait que mon ami a considéré que ce n'était pas une vie pour lui. J'ai donc continué seul."

"NE PAS HÉSITER À METTRE À LA POUBELLE TOUT CE QU'ON A FAIT"

Cette expérience avec le réalisateur Frédéric Fonteyne sur la bande originale de Une Liaison Pornographique (1999, coproduit par Samsa Film) révèle à André une nouvelle facette de son travail qui passe par le dialogue avec les cinéastes : "Travailler avec des réalisateurs n'a jamais été un probème car j'aime bien les gens, j'aime bien parler, discuter, j'aime le contact humain. Pour moi, ce n'est pas compliqué. Après, il y a une phase de traduction de ce qu'ils veulent. Il y a des réalisatrices ou des réalisateurs qui sont très musicien.ne.s et d'autres qui ne le sont pas du tout. Là, il faut faire beaucoup de pédagogie, proposer et surtout, ne pas hésiter à mettre à la poubelle tout ce qu'on a fait. Je crois que c'est le premier conseil que je donnerais à un apprenti compositeur de musiques de film : si ça ne convient pas, il ne faut pas s'accrocher."

Désormais incontournable dans le monde du cinéma au Grand-Duché, André a pu s'essayer à de nombreux styles, une agilité qui impressionne depuis les expérimentations électroniques de Une liaison pornographique jusqu'au classicisme des thèmes de Egon Schiele de Dieter Berner (2016).

Egon Schiele

"Je n'ai pas de barrières, poursuit-il. Cela vient du fait que je suis d'abord un écouteur. Quand on me demande quelque chose, je ne dis pas : Je ne sais pas. J'essaie. On se retrouve à faire des slows, des valses de baloche voire de la musique orientale pour le film Tel Aviv on Fire. Ça me vient de la culture familiale car j'ai fait du bal avec mon père, j'avais 12 ans."

En parallèle de son activité de compositeur pour le cinéma, André Dziezuk a dirigé plusieurs collections consacrées à l’enseignement de la flûte à bec pour les éditions Fuzeau. Il enseigne actuellement le hautbois et l’informatique musicale à l’école régionale de musique de Dudelange, au Luxembourg.

RETROUVEZ TOUS LES ÉPISODES DE FACE B SUR LA PLATEFORME RTLPLAY.LU

Qu'elles aient bercé notre enfance, qu'elles enchantent nos journées où qu'elles soient devenues des compagnes pour la vie, les chansons jalonnent notre existence.

La devise de Face B pourrait être: "Dis-moi ce que tu écoutes, je te dirai qui tu es".