Le Luxembourg est contraint de fait marche arrière après le jugement du tribunal administratif qui annule l'interdiction du glyphosate. Mais le ministre encourage les agriculteurs à s'en passer.

Un sérieux revers donc pour le gouvernement Bettel-Lenert dont l'interdiction du pesticide était une promesse actée dans l'accord de coalition 2018-2023 conclu entre le DP, le LSAP et Les Verts. Le gouvernement s'est laissé une bonne semaine pour réagir et ce vendredi le ministre de l'Agriculture, Claude Haagen, a continué à encourager agriculteurs et viticulteurs à se passer du pesticide controversé. Il a notamment souligné que ces dernières années avaient bien montré que le pays pouvait se passer du glyphosate.

RTL

© AFP

La mise sur le marché de huit produits phytopharmaceutiques contenant la substance active glyphosate était interdite depuis le 1er janvier 2021. Le Luxembourg avait pris cette décision de manière unilatérale et était devenu, à l'époque, le premier pays européen à confirmer cette interdiction sur son territoire.

LANCEMENT D'UNE ÉTUDE LUXEMBOURGEOISE SUR LES EFFETS DU GLYPHOSATE

La société Bayer, producteur du produit RoundUp contenant du glyphosate, avait par la suite porté plainte contre le Luxembourg en argumentant que le pays n'avait pas respecté le droit européen.

Le jugement était notamment motivé par le fait que le gouvernement luxembourgeois n'avait pas avancé d'arguments juridiques valables pour justifier une telle interdiction.

Une situation qui devrait évoluer, selon les dires du ministre de l'Agriculture, Claude Haagen, ce vendredi. Le gouvernement contre-attaque donc. Il annonce qu'une étude va être lancée avec un institut de recherche pour confirmer les effets indésirables du glyphosate.

RTL

© Luc Rollmann /RTL

De son côté, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) prévoit de rendre en juillet une étude très attendue sur "les risques de l'exposition au glyphosate pour les animaux, les humains et l'environnement", jugée indispensable pour décider de la prolongation ou non, pour cinq années supplémentaires, de l'autorisation délivrée à l'herbicide.

Au Luxembourg, certains règlements devront également être adaptés, notamment concernant la vente, l'utilisation et le stockage du pesticide.

À lire également:

Au Luxembourg: L'interdiction du glyphosate n'avait pas de base juridique

Plainte de Bayer: L'interdiction du glyphosate jugée illégale au Luxembourg