Des trains avec beaucoup plus de places, des quais plus longs, des arrivées plus ponctuelles... Le nouveau contrat de service public du rail pèse 7,15 milliards d'euros et doit chambouler l'expérience du train dans les quinze ans à venir au Luxembourg.

La Chambre des députés avait donné son feu vert, à l'unanimité, la semaine passée. Le Conseil de gouvernement a fait de même ce vendredi matin. Et maintenant c'est acté!

Le gouvernement et les CFL ont signé ce vendredi le pharamineux contrat de service public pour le rail de 7,15 milliards d'euros qui permettra au pays de développer et de moderniser considérablement son réseau et la qualité de son service ferroviaire entre 2025 et fin 2039.

"C'est la loi la plus chère que la Chambre ait jamais votée", glisse François Bausch, ministre de la Mobilité. Rappelant que la décarbonisation et la réorganisation de la mobilité sont les grands défis du secteur des transports qui occasionne aujourd'hui un tiers des émissions de CO2.

À la louche, les 7,15 milliards d'euros seront investis pour "35% dans le matériel et la maintenance, 30% dans les frais de personnel, 15% dans l'énergie et la redevance des sillons, 6% dans les frais informatiques et les autres frais", résume Marc Wengler, directeur général des CFL.

RTL

© René Pfeiffer / RTL

"Pièce maîtresse du Plan national de la mobilité 2035", ce nouveau contrat de service public permettra aux CFL de tendre vers un service de qualité qui devra favoriser le transfert modal de la route vers le rail, tant prôné.

Mais bien avant 2039, espère François Bausch. Le Luxembourg "aura le réseau le plus moderne et le plus performant d'Europe à partir de 2028-2030", estime le ministre de la Mobilité.

THIONVILLE RELIÉ À LUXEMBOURG TOUTES LES SEPT MINUTES

Il parle de 2028 comme de l'année du "grand bond" qualitatif sur le réseau ferroviaire puisque "tous les chantiers seront achevés. C'est précisément à partir de 2028 qu' "un train circulera toutes les sept minutes sur la ligne Thionville-Luxembourg", lorsque la ligne Luxembourg-Bettembourg sera achevée, assure le ministre.

Les CFL n'ont plus vraiment le choix. Le ministre le dit lui-même: Entre 2005 et 2019 -la donne a changé durant les deux années Covid- les CFL ont enregistré 85% de clientèle supplémentaire et "le réseau est actuellement saturé".

Pour que les trains circulent mieux à l'avenir et à une plus grande fréquence, un énorme programme d'investissement doit permettre de créer de nouveaux quais à la gare centrale (deux nouveaux quais et quatre nouvelles voies) à la gare de Howald (un quai et deux voies ), à Rodange (une voie supplémentaire) et à Ettelbruck (un quai et deux voies). Mais aussi refondre le plan des voies à la gare de Mersch, de créer la nouvelle ligne Luxembourg-Bettembourg ou encore de finir le nouveau hall de maintenance à Hollerich.

RTL

© CFL

Le matériel roulant sera rajeunit et sérieusement étoffé. Dès 2024 et 2025 seront livrées les 34 nouvelles automotrices Coradia Stream High Capacity, acquises en 2018 pour 370 millions d'euros. D'ici 2025, elles permettront d' "augmenter de 46% le nombre de sièges" proposés par les CFL, assure Marc Wengler. Le premier de ces nouveaux trains à grande capacité doit être mis en service cet été.

Grâce aux nouveaux investissements, 996 trains circuleront par semaine en 2025, et plus de 1 050 d'ici 2028.

Autant d'investissements qui convergeront vers une nette amélioration du service aux usagers. Concrètement, "deux trains par heure circuleront entre Dudelange et Luxembourg contre deux trains par jour aujourd'hui. En direction de Trèves quatre trains circuleront par heure au lieu de deux actuellement. Quatre trains par heure iront à Diekirch au lieu de deux actuellement. Et six trains par heure devraient également circuler vers Rodange à l'avenir, au lieu de quatre actuellement", explique Marc Wengler, sans donner de date.

PONCTUALITÉ, RÉCLAMATIONS ET SATISFACTION MESURÉES

Un autre "bond en avant" devrait être fait au profit de "l'expérience" des clients à bord des trains. Les CFL y seront contraints par ce contrat. Les CFL seront en effet tenus d'améliorer la qualité de services pour leurs clients, en termes de sécurité, de ponctualité, d'information, de qualité de service offert dans le train, mais aussi de gestion des réclamations. "Notre ambition est que chaque personne aura une réponse", avance le directeur général des CFL.

Dorénavant la performance des CFL sera évaluée et chaque année sera menée une enquête annuelle de satisfaction auprès des clients.

Un des grands changements pour les usagers sera d'être informés dès leur arrivée sur le quai sur le taux d'occupation des trains en temps réel, leur composition, les espaces vélo libres, le lieu précis d'accès pour les personnes à mobilité réduite, etc. La mise en place de ce nouveau "système innovant d'information", "va encore durer un ou deux ans", prévient Marc Wengler.

Quant au personnel, les CFL prévoient d'engager 500 personnes en 2023. Et, comme ces dernières années en moyenne, 400 personnes par an durant les années à venir.

À lire également: 

Les CFL promettent de mieux combiner vélo et train

Les CFL recrutent: 500 postes à pourvoir en 2023

Les grands projets des CFL prêts en 2023