Rares et sous représentées au cinéma, les femmes de plus de cinquante ans représentent pourtant quinze millions de personnes en France. Une part non négligeable de la population dont le rôle au grand écran est souvent réduit à des stéréotypes et qui empêche d'aborder des sujets sociétaux et de faire avancer le débat public.

La représentation des femmes de plus de 50 ans au cinéma reflète-t-elle les réalités de la société ou renforce-t-elle des stéréotypes vieillissants ? Selon l'étude* d'OpinionWay et DisonsDemain, une application de rencontre pour les plus de 50 ans, 70% des Français interrogés estiment que les rôles féminins donnés aux femmes âgées de 50 ans et plus sont stéréotypés, se cantonnant souvent à des figures maternelles plutôt que de présenter des femmes autonomes ou puissantes, comme les répondants aimeraient en voir au cinéma.

L'étude souligne également le rôle des médias dans la formation de l'imaginaire collectif. Avec 86% des répondants plaidant pour une plus grande présence de récits de femmes célèbres de plus de 50 ans à l'écran, il est clair que la société recherche des modèles féminins matures et diversifiés. Des actrices comme Sophie Marceau, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, et Mathilde Seigner sont citées comme incarnant idéalement cette image.

Entre stéréotypes et invisibilisation

Pourtant près de la moitiés des sondés sont d'accord pour dire que les femmes de 50 ans et plus sont moins visibles que les hommes. Et même lorsque ces actrices sont présentes dans des rôles principaux, 65% des Français considèrent que ces films mettant en avant des actrices plus âgées restent "beaucoup trop rares". Pourtant, ils sont 72% à reconnaitre que "les films ayant des thèmes féminins ou féministes font avancer le débat sur la place des femmes dans la société."

La sous-représentation des femmes de plus de 50 ans a des implications plus larges. Elle renforce les stéréotypes de genre et d'âge, contribuant à une invisibilisation sociale. Céline Boudière de Meetic Europe souligne la nécessité de changer ces représentations pour faire évoluer la société : "Bien que leur place dans la société ait considérablement évolué au fil des décennies, notre étude montre que des inégalités subsistent, notamment dans le cinéma. Pour mettre fin aux stéréotypes, de nombreux français de plus de 50 ans militent pour plus de figures féminines puissantes et inspirantes".

Eléonore Quarré d'OpinionWay et Evelyne Guimmara de la commission AAFA-Tunnel de la comédienne de 50 ans réitèrent cette demande, en mettant en lumière les enjeux sociétaux et culturels de cette invisibilité. "Encore aujourd’hui, les femmes de 50 ans et plus subissent une double peine : celle de l’âge et du genre. C’est la collusion entre âgisme et sexisme, et elle entraîne une invisibilisation massive pour les femmes, passé cet âge pivot."

"Malheureusement, cela vaut dans tous les domaines de la société (entreprise, politique, sport, média…) – et on le voit très nettement dans toutes les études que nous réalisons – y compris dans le milieu culturel. Sur petits et grands écrans, on a par exemple récemment pu voir de (très) jeunes actrices, jouer le rôle de mères d’acteurs qui avaient 15 ans à peine de moins qu’elles (Rebecca Ferguson – 40 ans, et Timothée Chalamet – 27 ans), voire 2 ans seulement pour Olivia Cooke, 29 ans, qui interprétait la mère de Tom Glynn-Carn dans House of the Dragon, 27 ans. L’injonction de la beauté, toujours très présente pour les femmes, demeure associée à la jeunesse (ce qui n’est pas le cas pour les hommes). Ce qui explique que, encore aujourd’hui, les femmes de 50, 60 ou 70 ans – et notamment les actrices – peinent à se faire une place : culturellement, elles continuent d’être moins valorisées”, a déclaré Eléonore Quarré.

"Au cinéma, les femmes ne vieillissent pas, elles disparaissent des écrans. Qui n’est pas représenté n’existe pas. Rendre visibles les femmes de plus de 50 ans dans les fictions est un enjeu de société. Invisibles à l’image, les femmes de plus de 50 ans disparaissent de l’imaginaire collectif. Pour faire évoluer la société, il faut changer les regards. Pour changer les regards, changeons les représentations", a ajouté Evelyne Guimmara,

Ces chiffres sont d'autant plus frappants lorsque l'on considère que plus d'une femme adulte sur deux en France a plus de 50 ans et qu'elles représentent près de 15 millions de personnes, selon les données de l'INSEE. Malgré cette démographie significative, leur visibilité dans les hautes sphères de la société, y compris dans les industries culturelles, reste minime.

*Etude OpinionWay réalisée du 21 au 29 septembre 2023 auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 50 ans et plus.