Au terme d’un match tendu, Differdange a distancé Niederkorn (3-1) pour porter son avance à 9 points sur son voisin alors que Dudelange tient la cadence.

Un derby sans buts, ni discussions, ni bousculades ne serait pas un derby. Les spectateurs de Differdange - Niederkorn ont eu leur lot de rebondissements ce dimanche.

D’abord en termes de contestations car Jasmin Sabotic a tout fait sauf l’unanimité. L’arbitre, qui fêtait son anniversaire, n’a pas vu le coup donné par l’attaquant visiteur, Walid Jarmouni, victime d’une faute et auteur d’un mauvais réflexe sur Guillaume Trani dans la foulée (10e). Il s’en suivit une mêlée et un début de bagarre qui auguraient d’une suite pour le moins nerveuse. Le Progrès avait pris l’avance juste avant ça sur un but de Kenny Mixtur, bien servi par Brian Amofa (1-0, 7e).

M. Sabotic estima ensuite que Metin Karayer n’était pas dernier homme lorsqu’il freina Kenny Nagera dans son élan (24e) alors qu’une bonne partie du stade réclamait un carton rouge qui semblait logique. Trani se chargeait du coup franc à 25m des buts. Le ballon rebondissait devant Sébastien Flauss qui ne pouvait empêcher l’égalisation (1-1, 25e). Très haché, le derby ne répondait pas totalement à l’attente en matière de qualité de jeu mais les duels compensaient. C’est une perte de balle de Mixtur qui donnait une nouvelle orientation au match. Nestor Monge lançait Jorginho qui se jouait de Gilson Delgado avant de mystifier Flauss (2-1, 45e).

Doublé de Jorginho

La pause ne ralentissait pas Differdange bien décidé à conforter sa place de leader au classement. Une passe d’Arlindo Barbosa le long de la ligne de touche à gauche parvenait à Jorginho qui grillait tous les Jaune et Noir pour inscrire son deuxième but personnel et donner un avantage de deux buts à son équipe (3-1, 46e).

Niederkorn mit un peu de temps à retrouver ses esprits avant de porter le danger devant la cage de Romain Ruffier juste après la demi-heure. Issa Bah, Karayer puis Amofa auraient pu redonner un peu de suspense à la rencontre. Jasmin Sabotic aussi mais il estima que le tir d’Omar Natami n’était pas dévié de la main par un défenseur local (75e).

Differdange contrôlait les débats jusqu’à la fin pour étendre son brevet d’invincibilité et prendre une sérieuse option sur le titre de champion d’automne. «Personnellement, je n’accorde aucune importance à ce titre. On est dans les temps pour notre objectif qui est une qualification européenne mais on sait très bien que les choses peuvent rapidement évoluer après la trêve», confessait le défenseur local Théo Brusco. "On n’a jamais paniqué et on a fait preuve de solidité en faisant bien circuler le ballon pour se créer des espaces. On s’est montrés cliniques. Il faudra en faire de même la semaine prochaine à Wiltz."

L’entraîneur de Niederkorn, Jeff Strasser, estimait, lui, que la meilleure équipe ne l’avait pas emporté. "Le score ne reflète pas la physionomie du match. On ne se montre pas assez décisifs dans les deux surfaces de réparation. Eux se sont montrés efficaces. Sur un terrain difficile à jouer, on savait qu’on devait attaquer la profondeur. Ils l’ont mieux fait que nous et inscrivent un troisième but juste à la reprise ce qui les met dans une position avantageuse."

L’écart se creuse entre le Progrès, 4e et le trio de tête alors que s’annonce la visite de Dudelange dimanche prochain.