L’USM va tenter de gagner deux matchs d’affilée pour la première fois de la saison alors que Differdange veut creuser l’écart sur son voisin.

Mondorf n’est pas encore sorti de la zone rouge, mais il s’est donné des raisons d’espérer lors de la mise à jour du calendrier ce mercredi. Le club de la cité thermale a distancé Rosport (2-0), mettant fin à une série de trois défaites consécutives et quittant surtout cette place de descendant qui faisait froid dans le dos.

"Il faut accepter que le football, ce sont des duels. Et dans ce domaine comme dans les courses, on n’a pas été assez bons ces dernières semaines. Il fallait être capable de donner un peu plus que l’adversaire", expliquait l’entraîneur mondorfois Manu Correia à l’issue de la victoire des siens en semaine. Irréprochable dans l’état d’esprit, l’USM a eu ce supplément d’âme qui colle généralement aux basques du club de la Sûre mais que l’on n’a pas retrouvé chez les visiteurs ce mercredi. De quoi rééquilibrer encore un peu plus un classement de plus en plus difficile à décrypter. Dimanche, Mondorf donnera l’hospitalité à Wiltz, soit le 13e qui reçoit le 5e et qui pourrait revenir à un point en cas de victoire. Tout un symbole.

Ça va jouer des coudes aussi dans un peloton de tête relativement compact. Differdange s’accroche à son brevet d’invincibilité et le remet en jeu face à son "meilleur ennemi", Niederkorn, dans un derby qui sonne comme un tournant. De gentil outsider, le FCD03 est passé ces dernières semaines au statut de candidat au titre. Sans doute pas déclaré mais ses prestations ne trompent personne. Avec une défense de fer et un sens de l’opportunisme aiguisé, le leader s’est joué de tous les pièges jusqu’à présent, allant même gagner à Rosport avec des piliers suspendus. Voilà qui lui permet d’aborder la dernière ligne droite de l’année avec une certaine fraîcheur.

Le Progrès ne l’entend pas de cette oreille. On le dit poussif, peu inspiré, pas assez gagnant ces dernières semaines pour pouvoir prétendre à autre chose qu’une place d’honneur. Mais on sait combien la bête blessée peut se réveiller à tout moment. Le derby sera suivi de la réception de Dudelange. Soit les deux premiers pour enfin prendre son envol dans la compétition… ou abandonner toute ambition au plus haut niveau.

Le Swift guette l’ouverture

Roland Vrabec se frotte les mains à l’idée de voir les adversaires du Swift forcément perdre des plumes ces prochaines semaines dans des affrontements directs. Le champion en titre a semble-t-il pris un nouveau départ face à la Jeunesse, mais c’est un tout autre style de match qui l’attend ce samedi à Mersch. Le promu ne lâche rien sur son petit terrain où peu d’équipes aiment venir jouer. Sa victoire face à la Jeunesse mercredi (4-1) est là pour en témoigner. Il reste à vérifier comment le promu va récupérer face à une équipe qui va imposer un rythme soutenu pour se mettre à l’abri le plus rapidement possible.

Dudelange pourrait tirer les marrons du feu face à un Rosport qui lui a causé des misères la saison dernière mais qui est à la recherche de son second souffle.

Dans le bas de tableau, les deux derniers se rencontrent. Au-delà de l’aspect comptable, il y a les conséquences mentales que va générer ce duel. Käerjéng reste sur trois matchs sans défaite et a montré tout son caractère à Wiltz. Une victoire lui permettrait de revenir vraiment dans le jeu. Le Fola, lui, joue son match de Coupe tous les week-ends. Celui-ci dégage un parfum spécial et ressemble déjà à un dernier joker malgré l’embellie aperçue ces dernières semaines.

La Jeunesse, face à Pétange et Strassen, contre Schifflange, vont chercher à éviter la crise qui se profile à l’horizon en cas de non victoire. Mondercange accueillera le Racing samedi pour tenter de basculer du bon côté du classement.