Le Danois Mads Pedersen (Lidl-Trek), irrésistible depuis le début de saison, a remporté dimanche le Tour de La Provence, mais a été privé d'un grand chelem par le Belge Tom Van Asbroeck (Israël Premier Tech), vainqueur de la troisième et dernière étape à Arles.

Pedersen, vainqueur du prologue jeudi à Marseille puis des deux premières étapes vendredi et samedi, n'est vraiment pas passé loin du carton plein sur cette épreuve qui faisait cette année son retour au calendrier, puisqu'il était encore devant à quelques mètres de la ligne d'arrivée.

Mais les forces lui ont manqué dans les toutes dernières longueurs du sprint et c'est finalement Van Asbroeck qui s'est imposé de justesse devant Sam Bennett (Décathlon-AG2R-La Mondiale) et le Français Hugo Hofstetter, coéquipier du vainqueur du jour.

Finalement cinquième de l'étape, Pedersen dressait tout de même un bilan extrêmement positif de sa semaine provençale et de son début de saison, lui qui s'était déjà imposé la semaine dernière sur l'Etoile de Bessèges.

"L'équipe a fait du bon boulot. Je me sentais fort et j'espérais bien débuter la saison, mais les deux dernières semaines ont été au-dessus de mes attentes", a ainsi reconnu le champion du monde 2019, qui rêve désormais d'un Monument, Paris-Roubaix en tête.

De son côté, Van Asbroeck rayonnait après son succès inattendu à Arles, au bout d'une étape enfin courue sous le soleil après deux jours de pluie ininterrompue mais marquée par le vent de la Camargue et les bordures.

"Je suis belge! J'aime le vent, c'était top aujourd'hui", a-t-il souri après l'arrivée. "Je suis super content et super fier de l'équipe. Je pensais aussi que Pedersen était imbattable, mais aujourd'hui mes jambes étaient un peu meilleures", a-t-il ajouté.