L'Angleterre d'Harry Kane, devenu le meilleur buteur de l'histoire des Three Lions, s'est bien lancée sur la route de l'Euro-2024 en s'imposant chez les champions d'Europe italiens (2-1) jeudi à Naples, en dépit du premier but de la "recrue" azzurra Mateo Retegui.

Dans un stade portant le nom de l'un des pires cauchemars du football anglais, Diego Maradona, les fans britanniques ont célébré cette belle victoire et le record de leur capitaine par un vibrant "God Save The King".

Mais ils ont tremblé jusqu'au bout, et à cause d'un Argentin au passeport italien déniché par Roberto Mancini, Mateo Retegui, qui a relancé en seconde période un match jusqu'ici totalement contrôlé par les Anglais.

Inconnu en Italie avant d'être convoqué pour pallier la pénurie d'avant-centres azzurri, Retegui a redonné de la voix aux tifosi napolitains en réduisant le score puis en faisant exclure Luke Shaw (80e).

A onze contre dix, les Italiens ont cru au nul, qui aurait été plus "juste", selon le sélectionneur italien, mais n'ont fini qu'avec des regrets d'être passés à côté de leur première période.

Car Harry Kane et les Anglais avaient fait l'essentiel avant la pause pour repartir du bon pied après le Mondial-2022, conclu par le capitaine par un penalty raté contre la France en quarts de finale.

Kane a signé en fin de première période son 54e but en sélection, celui qui lui permet de devenir le buteur le plus prolifique de l'histoire de la sélection en dépassant Wayne Rooney.

Comme un clin d'oeil, c'est sur penalty que l'occasion s'est présentée, après une main de Giovanni Di Lorenzo. L'attaquant de Tottenham ne s'est pas fait prié pour permettre aux siens de faire le break (2-0, 44e).

"Cela devait être un penalty... Ca a été une énorme émotion, un moment magique", a témoigné le "roi" Kane.

"C'est un cap incroyable, même si sa carrière est encore longue", a souligné son sélectionneur Gareth Southgate.

HOMMAGE À VIALLI

RTL

Le néo-Italien Mateo Retegui célèbre son but, son premier avec la Squadra Azzurra, contre l'Angleterre, le 23 mars 2023 à Naples / © AFP

L'Angleterre, sans forcer, avait pris les devants dès le premier quart d'heure sur une frappe en force de Declan Rice sur un corner (13e).

A 2-0, l'affaire semblait pliée, tant l'Italie avait été surclassée, bien loin de l'équipe sacrée championne d'Europe en 2021 dans l'antre des Anglais à Wembley. Mais c'était sans compter sur Retegui.

Mancini est allé au bout de son pari en titularisant l'attaquant du Club Atlético Tigre, actuellement meilleur buteur du championnat argentin, qui peut jouer pour l'Italie grâce à un grand-père né en Sicile.

L'attaquant de 23 ans, dans lequel Mancini voit un nouveau Gabriel Batistuta, a d'abord peiné à trouvé sa place. Il a aussi manqué de précisions sur ses premières ballons, ratant le ballon sur corner (6e) avant d'être contré sur son premier tir (39e).

Mais quelques secondes après avoir manqué le cadre, il a changé l'ambiance en ouvrant la marque d'une frappe sèche, parfaitement servi par Lorenzo Pellegrini (56e).

RTL

Le staff de la Squadra Azzurra autour de Roberto Mancini rend hommage à Gianluca Vialli avant le match contre l'Angleterre, le 23 mars 2023 à Naples / © AFP

L'Italie a alors retrouvé son esprit de conquête oublié, bousculant enfin une Angleterre, punie pour s'être arrêtée de jouer à la pause et réduite à dix en fin de match.

Si ce réveil a redonné "de l'espoir" à Mancini, il n'a pas suffi à permettre à l'Italie d'aller chercher la victoire promise en mémoire de Gianluca Vialli, son ami décédé en janvier, à qui un hommage a été rendu en début de rencontre.