La star américaine de la pop Taylor Swift, qui a secoué l'industrie de la musique avec une tournée au succès phénoménal, a été désignée personnalité de l'année 2023 du magazine américain Time mercredi.

"Une grande partie de ce que (Taylor) Swift a accompli en 2023 est incommensurable (...) Elle s'est engagée pour donner de la valeur aux rêves, aux sentiments et aux expériences des gens, en particulier des femmes, qui se sentaient négligées et régulièrement sous-estimées", a souligné le rédacteur en chef du magazine, Sam Jacobs.

RTL

© Time Magazine/AFP

"Pour avoir construit un monde lui appartenant mais qui fait de la place à tant de gens, pour avoir fait de son histoire une légende mondiale, pour avoir apporté de la joie à une société qui en avait désespérément besoin, Taylor Swift est la personne de l'année 2023 de Time", a-t-il poursuivi.

"Première personnalité du monde des arts à être nommée personne de l'année pour son succès en tant qu'artiste", Taylor Swift a été préférée à une liste de huit autres "finalistes", où figuraient les dirigeants russe et chinois Vladimir Poutine et Xi Jinping, le roi britannique Charles III, le président de la Réserve fédérale des Etats-Unis Jerome Powell, ainsi que le patron d'OpenAI Sam Altman, les grévistes d'Hollywood, les procureurs qui ont inculpé Donald Trump et ... le personnage de Barbie, au centre du carton cinéma de l'année.

Elle succède au président ukrainien Volodymyr Zelensky et à "l'esprit de l'Ukraine".

A 33 ans, la chanteuse dont la carrière a démarré à Nashville, berceau de la country, il y a plus de quinze ans, ajoute une distinction à une longue liste de succès et de records, ses albums ou leurs rééditions occupant fréquemment les premières places des classements américains, comme en ce moment avec "1989 (Taylor's Version)", en tête du Billboard 200.

Depuis un an, elle s'est aussi distinguée en critiquant le mastodonte de la billetterie Ticketmaster pour la cacophonie autour des ventes de tickets de sa tournée, ce qui a conduit la plateforme, souvent critiquée pour sa position de monopole, à devoir s'expliquer devant le Congrès américain.