La mort d'un adolescent de 17 ans sur un scooter après une course-poursuite en Seine-et-Marne n'est vraisemblablement pas consécutive à un choc avec une voiture de police, selon les premiers éléments de l'enquête issus du visionnage d'une vidéo, a indiqué dimanche le procureur de la République de Meaux.

"Après ce premier examen, il ne m'apparait pas que la perte du contrôle du scooter ait pour origine un choc entre le véhicule de la BAC (brigade anticriminalité, NDLR) et le scooter: moi je ne vois pas de choc sur cet enregistrement", a déclaré Jean-Baptiste Bladier lors d'une conférence de presse à la mi-journée. Le conducteur du deux-roues accidenté, 17 ans également, qui a refusé de s'arrêter sur ordre de l'équipage de la BAC, était toujours hospitalisé dimanche, avec "son pronostic vital toujours réservé à cette heure", a précisé le magistrat.

➡ À lire: Un ado de 17 ans décède après un refus d'obtempérer à scooter

Vers 23h00 vendredi, un équipage de la BAC de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) a tenté de contrôler ce deux-roues qui venait de griller un feu rouge, selon les informations transmises samedi soir par le parquet de Meaux.

Arrivé à Chelles (Seine-et-Marnes), deux kilomètres plus loin, "le conducteur essaie de freiner, mais à mon avis trop tardivement", a détaillé dimanche le procureur, précisant que le scooter roulait "à une vitesse très importante" sur "une chaussée très humide".

"On voit littéralement le véhicule se dérober sous les pieds de ses occupants. Après, les choses vont extrêmement vite", a ajouté Jean-Baptiste Bladier, "les corps vont glisser et aller s'encastrer sous un véhicule" qui se trouvait au feu rouge.

"Les policiers arrivent pour porter secours et après, très rapidement, les sapeurs-pompiers et le Samu ont été engagés", précise le procureur.

Le parquet de Meaux a ouvert deux enquêtes, selon le procureur. La première, pour refus d'obtempérer, a été confiée au commissariat de Chelles-Villeparisis. La seconde, des chefs d'homicide et blessures involontaires, est menée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices".

Une autopsie du corps du passager du scooter a été ordonnée par le procureur.

Les policiers engagés dans cette course-poursuite "pour l'instant ne sont pas en garde à vue, ils ont fait l'objet d'une première audition" et "seront ré-auditionnés plus en profondeur après l'exploitation des éléments techniques qui est actuellement en cours", a indiqué le magistrat.