Engagées dans une véritable course contre la montre, les équipes de secours indiennes ont sauvé mardi les 41 ouvriers piégés depuis 17 jours dans le tunnel effondré de Silkyara, où des ambulances quittaient l'entrée du site.

"Je suis totalement soulagé et heureux que 41 ouvriers piégés dans l'effondrement du tunnel de Silkyara aient été secourus", a déclaré le ministre du transport routier Nitin Gadkari.

Le ministre a salué des efforts "bien coordonnés" ayant permis "l'une des opérations de sauvetage les plus importantes de ces dernières années".

Les hommes secourus étaient drapés de guirlandes de fleurs couleur orange en guise de célébration alors qu'ils étaient accueillis par des représentants de l'Etat, selon des photos gouvernementales.

Une foule a applaudi leur sortie du tunnel tandis que des véhicules d'urgence, gyrophares allumés, se préparaient à quitter l'entrée du site, où les ouvriers étaient coincés depuis l'effondrement d'une partie de l'ouvrage en construction dans l'Etat himalayen de l'Uttarakhand, le 12 novembre dernier.

Des membres des familles des ouvriers qui attendaient sur place de pouvoir enfin les voir ont confirmé que ces hommes, épuisés, avaient été sortis du tunnel, tirés à travers les 57 mètres d'un tuyau en acier sur des civières spécialement équipées de roues.

RTL

© AFP

Les équipes de secours avaient réussi à poser dans la journée la dernière section du tuyau en acier devant permettre de libérer ces 41 ouvriers.

Des photos des sauveteurs, diffusées sur les réseaux sociaux, montraient des hommes souriant et faisant des signes de victoire alors que le forage se terminait à travers les tonnes de terre, de béton et de gravats qui bloquaient les ouvriers.

Alors que la nuit tombait et que l'attente se poursuivait jusqu'à la sortie du premier homme, des proches des ouvriers ne cachaient plus leur soulagement.

"Nous remercions dieu et les sauveteurs qui ont travaillé dur pour les sauver", a déclaré à l'AFP Naiyer Ahmad, dont le jeune frère Sabah Ahmad fait partie des ouvriers piégés et qui campe sur le site depuis plus de deux semaines.

Sudhansu Shah, qui campait aussi en attendant la sortie de son frère cadet Sonu Shah, a indiqué que ses proches avaient commencé à fêter la fin de son calvaire. "Nous sommes vraiment pleins d'espoir et heureux".

Après des revers répétés, des ingénieurs militaires et des mineurs ont travaillé manuellement à percer la roche et les décombres pour dégager le tronçon final et atteindre les hommes emprisonnés depuis 17 jours.

Des équipes de trois personnes se sont relayées pour creuser et insérer les dernières parties du tube d'acier, juste assez large pour laisser passer un homme et permettre l'évacuation des ouvriers.

Quand l'un creusait, un deuxième évacuait les débris à la main et le troisième les plaçait dans un chariot rejoignant la sortie, a expliqué mardi Rajput Rai, un expert du forage, cité par l'agence Press Trust of India.

Les hommes devaient aussi découper un enchevêtrement de tiges métalliques qui fait obstacle à leur progression.

Pannes successives

Depuis l'effondrement du tunnel, les efforts de sauvetage ont été compliqués et ralentis par les chutes de débris et des pannes successives des foreuses, engins cruciaux pour secourir les ouvriers.

Un autre forage vertical avait aussi été entamé depuis le sommet de la colline boisée surplombant le tunnel, une opération d'excavation complexe au-dessus des hommes dans une zone qui a déjà subi un effondrement.

RTL

Les hommes survivaient depuis plus de deux semaines grâce à l'acheminement d'air, de nourriture, d'eau et d'électricité via un conduit par lequel une caméra endoscopique a été introduite. Cette caméra a permis à leurs familles de les voir la semaine dernière, pour la première fois.

Le milliardaire indien Anand Mahindra a rendu hommage aux hommes qui se sont faufilés dans l'étroit tuyau d'acier pour dégager manuellement les roches. "C'est un rappel réconfortant qu'en fin de compte, l'héroïsme est le plus souvent une affaire d'efforts et de sacrifices individuels", a-t-il écrit sur le réseau social X.

Les ouvriers ont été pris au piège dans une zone située à l'intérieur du tunnel, mesurant 8,5 mètres de haut sur quelque deux kilomètres de long.

Le tunnel de Silkyara s'inscrit dans le cadre du projet autoroutier Char Dham, cher au Premier ministre Narendra Modi, conçu pour améliorer les liaisons avec quatre sites hindous parmi les plus importants du pays et aussi avec les régions frontalières de la Chine.