Scène sans précédent à New York pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky: il était lundi soir dans un hôpital de la ville au chevet de soldats de son armée grièvement blessés mais qu'il a encouragés à revenir vite en Ukraine pour vaincre la Russie.

Cette visite exceptionnelle, avant de se rendre mardi à l'Assemblée générale de l'ONU, avait été gardée secrète: dans l'hôpital universitaire de Staten Island, le plus petit arrondissement de la mégapole, M. Zelensky, sous très haute sécurité des forces de l'ordre américaines, a passé quelques minutes tout en retenue avec certains de ses hommes amputés des jambes ou des bras et lourdement handicapés.

Dans une vaste salle de rééducation équipée de nombreux appareils médicaux et sportifs, le président ukrainien a regardé avec empathie certains de ses soldats en uniforme pratiquer et s'exercer à remarcher, se tenir debout, refaire des mouvements simples ou soulever des charges, avec leurs nouvelles prothèses de jambes ou de bras.

"Comment vas-tu? C'est dur?" demande à l'un de ses hommes le président ukrainien, vêtu de son sweat-shirt et pantalon couleur kaki.

"Reconnaissants" et "fiers"

"Ça va", répond simplement le jeune militaire grièvement blessé, originaire de Zaporijia. "Reste fort!", lui lance M. Zelensky en guise de réconfort et d'encouragement.

Il s'adresse ensuite au petit groupe d'Ukrainiens soignés dans cet établissement américain, sous le regard de son personnel médical et de responsables du pays en guerre: "Nous vous sommes reconnaissants et sommes fiers de vous", leur lance-t-il en ukrainien.

RTL

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky rencontre des soldats ukrainiens grièvement blessés, à l'hôpital universitaire de Staten Island, le 18 septembre 2023 à New York / © AFP

Neuf patients ukrainiens sont actuellement soignés et 35 l'ont été au total depuis octobre dernier, d'après des cadres de l'hôpital de l'université de Staten Island et de l'ONG ukraino-américaine "Kind Deeds" qui ont monté ce programme de fournitures de prothèses à des soldats amputés. Lors d'une courte prise de parole en anglais, M. Zelensky a exprimé ses "remerciements aux médecins" américains et dit la reconnaissance de "tout notre pays".

Puis, il a remis à chacun des soldats, l'un d'eux visiblement très affaibli dans un fauteuil roulant, une décoration, avant de se faire prendre en photo et filmer avec le groupe de blessés et leurs soignants.

Rentrer en Ukraine

S'adressant à la fois à ses hommes, au personnel médical américain et à quelques journalistes, le chef de l'Etat ukrainien a souligné qu'il n'avait "jamais vu des gens qui désiraient tant rentrer chez eux".

RTL

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky rencontre des soldats ukrainiens grièvement blessés, à l'hôpital universitaire de Staten Island, le 18 septembre 2023 à New York / © AFP

"Nous vous attendons tous de retour à la maison, nous avons absolument besoin de chacun d'entre vous, de chaque solide combattant ukrainien pour défaire notre ennemi", a-t-il martelé en se disant "convaincu" que la victoire sur les forces armées russes allait "évidemment arriver". "Je vous souhaite de remporter la victoire et de revenir à la maison. Gloire à l'Ukraine!", a encore lancé Volodymyr Zelensky auquel les soldats ont répondu d'un seul homme: "Gloire aux héros!".

Le président de l'Ukraine montera pour la première fois mardi à la tribune de l'ONU.

Il y a un an, il avait été exceptionnellement autorisé à intervenir via un message vidéo. Cette fois, il sera là en personne, pour la session de haut niveau de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies et une réunion spéciale du Conseil de sécurité mercredi, avant de partir pour Washington où il sera reçu à la Maison blanche jeudi.

RTL

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky au chevet de soldats ukrainiens grièvement blessés, à l'hôpital universitaire de Staten Island, le 18 septembre 2023 à New York / © AFP

Interrogé par des journalistes sur le sens de cette présence à l'ONU, M. Zelensky a répondu: "Pour nous, il est très important que nos paroles, tous nos messages, soient entendus par nos partenaires". Mais "si aux Nations unies, et c'est dommage, il reste une place pour des terroristes russes, alors la question ne doit pas m'être adressée, mais je pense qu'elle doit être posée à tous les membres des Nations unies", a-t-il conclu, alors que la Russie est un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité.