Le plan du CSV semble prendre forme avec le passage de l'opposition au gouvernement et de là renouveler la tête du parti.

Après Claude Wiseler, le président de la Chambre, c'était au tour de la coprésidente du CSV Elisabeth Margue de déclarer officiellement cette semaine ne pas vouloir rempiler une deuxième fois pour le même poste.

La ministre de la Justice en fonction n'aura donc été que deux ans présidente du CSV, aussi longtemps que Frank Engel, qui a quitté le parti pour fonder Fokus.

Selon des sources RTL, la présidence du parti populaire pourrait être reprise par une main forte, notamment par le Premier ministre Luc Frieden mais aussi par le ministre des Finances Gilles Roth qui seraient tous deux intéressés par ce poste.

Si Luc Frieden devenait président du parti, il s'agirait d'une première dans l'histoire du CSV, qui a déjà vu défiler 14 présidents durant toutes ces années.

Face à eux, des femmes pourraient se déclarer candidates à la course à la coprésidence du parti, comme par exemple la secrétaire générale Stéphanie Weydert ou encore Diane Adehm.

Les postes de secrétaire général seront également soumis au vote lors du congrès de printemps. Il est pratiquement certain que Christophe Hansen, voué à devenir Commissaire européen, ne sera plus candidat à ce poste. Des membres plus jeunes du parti comme Alex Donnersbach ou la jeune députée Françoise Kemp pourraient être intéressés. D'autres candidats potentiels devraient également s'ajouter à la liste, jusqu'au congrès du CSV au mois de mars à Hesperange.