Yuriko Backes, ministre de l'Égalité des genres et de la Diversité, a eu un échange de vues avec les membres du Comité prostitution.

Ce comité, qui a été institué par règlement grand-ducal en mars 2023, reprend les missions et le mode d'organisation de l'ancienne "plateforme prostitution" informelle qui avait entamé ses travaux en 2012 pour élaborer un plan d'action national prostitution.

Le Comité est présidé par le ministère de l'Égalité des genres et de la Diversité (MEGA) et rassemble des représentants des ministères de l'Égalité des genres et de la Diversité, du ministère de la Justice et du ministère des Affaires intérieures, du parquet général, de la police grand-ducale, des services DROPIN et HIV-Berodung de la Croix-Rouge luxembourgeoise, de la Direction des affaires sociales de la Ville de Luxembourg et de la société civile.

Sa mission consiste entre autres dans le suivi du phénomène de la prostitution sur le territoire luxembourgeois et a pour but d'en analyser de manière régulière son évolution, ceci aussi dans l'optique de formuler, dans le cadre de rapports annuels, des recommandations concrètes pour le gouvernement.

Yuriko Backes s'est réjouie de sa participation à la première réunion du Comité et a souligné dans son intervention "qu'historiquement la prostitution et l'attitude que la société en tant que telle porte à son égard est un sujet classique de la politique d'égalité. Le Comité représente une plateforme unique pour rassembler les différents acteurs qui sont confrontés avec le phénomène de la prostitution dans leur travail quotidien, et pour discuter des différents volets s'y rapportant tel que le cadre légal, l'encadrement psychosocial, les questions de santé et de prévention et le volet de la sécurité".