Mardi, Greenpeace avait organisé une manifestation à Luxembourg-Ville dans le contexte de la Conférence de Dubaï sur les changements climatiques.

"Stop Drilling, Start Paying" - "Arrêtez de forer, commencez à payer": ce slogan figurait sur la banderole de Greenpeace, qui avait lancé une action mardi matin devant le ministère de l'Environnement, avant la Conférence internationale sur les changements climatiques. La COP28 débute jeudi aux Emirats arabes unis, à Dubaï précisément. Que peut-on encore attendre de ces conférences sur le climat? Notre collègue de RTL, Annick Goerens, s'est rendue dans le quartier de la Gare à Luxembourg pour interroger des gens et elle a discuté avec un représentant de Greenpeace.

Et pour faire court, les gens ne sont pas tellement optimistes quant aux résultats de cette grande conférence sur le climat:

"Je ne pense pas que ce soit mauvais, mais les pays devraient également insister là-dessus et les plus grands devraient aussi y participer," a expliqué une personne interrogée.

"Cela n'apportera rien", a dit une autre, qui nous a confirmé qu'elle est plutôt pessimiste. 

"Cela devrait servir à quelque chose, mais je pense que dans notre société, ça sert pas à grande chose, parce que si les grandes entreprises ne prennent pas de décisions, nous on peut rien faire," selon un autre avis.

"Oui j'espère aussi, mais j'en doute fort,": une réponse qui indique que si l'espoir est encore là, le doute l'accompagne.

RTL

© Tim Morizet

Greenpeace a le même point de vue et a des doutes sur les ambitions fixées pour la COP. Il faut néanmoins être optimiste, selon Frédéric Meys, chargé de campagne chez Greenpeace.

"C'est de nouveau la même chose. Est-ce que les promesses vont être tenues. C'est la grande question... et on l'espère en tout cas, parce que des populations souffrent très clairement de ce changement climatique. Et il faut pouvoir accompagner tout le monde dans cette transition vers un monde décarboné."

Il est important que le gouvernement luxembourgeois fasse aussi passer le message qu'il faut arrêter les forages de gaz et de pétrole et commencer à compenser. Et suffisamment.

"A la COP27, on a mis en place ce fonds, le "Lost-and-Damage-Fund", comme on l'appelle en anglais. Mais il n'est pas encore réellement effectif. Donc à cette COP il y aura des discussions pour savoir qui va payer quoi. Les montants qui sont évoqués pour le moment ne sont quand même pas très élevés par rapport aux dégâts qui sont causés".

RTL

© Tim Morizet

Greenpeace espère évidemment que le gouvernement entendra son message et souhaite une entrevue sur le sujet avec les responsables du ministère de l'Environnement, a conclu Frédéric Meys.

Le reportage de RTL en luxembourgeois: