Les ventes pour les nouvelles constructions se sont effondrées et les coûts pour les entrepreneurs explosent, la situation est très tendue.

Le secteur luxembourgeois de la construction est pratiquement à l'arrêt et les responsables tirent la sonnette d'alarme, avant que la situation ne devienne dramatique dans quelques mois. Les sociétés impactées ont d'importants problèmes financiers et ne pourraient surtout peut-être plus construire les logements dont le pays a tant besoin.

La Fédération des Artisans et la Chambre des Métiers demandent dès lors des contremesures urgentes pendant 12 mois de la part des autorités afin de relancer les investissements dans le domaine du logement.

Ils proposent par exemple l'abandon de l'enregistrement sur les constructions déjà réalisées, un fonds spécial qui rachèterait les projets privés "en suspens", le retour du taux super-réduit de la TVA à 3% pour la création de logements locatifs ainsi que l'élargissement du plafond de 50.000 à 100.000 euros.

D'autres mesures fiscales prévoient également que le crédit d'impôt du "bëllegen Akt" passe de 20.000 à 30.000 euros ou que l'amortissement accéléré repasse à 6%.

Le ministre du Logement Hneri Kox (déi Gréng) a reçu ces propositions ce lundi matin. L'artisanat déplore cependant que le monde politique a récemment présenté des mesures qui vont clairement dans le sens contraire en freinant les investissements.

Les autorités ont fait savoir qu'elles étaient en pleine analyse de la situation et qu'elles prendraient position au mois de février, comme nous l'indiquent des responsables du secteur de la construction.