Le marché du logement était le sujet de l'émission "L'invité de la rédaction" ce jeudi sur RTL Radio.

"La construction de logements abordables devient aussi plus chère," a dit jeudi Guy Entringer, directeur de la SNHBM, la Société nationale des habitations à bon marché, sur RTL. "Nous remarquons également que les gens n'obtiennent plus de crédits. Quand ils ont déjà la chance d'être sélectionnés chez nous, ils vont à la banque et pratiquement la moitié d'entre eux n'obtiennent pas de crédit."

En 2021, 148 logements ont été livrés à la vente. Avec plus de 8.000 personnes inscrites pour acheter un logement, l'intérêt est en tout cas élevé. Avec la hausse des prix, nous avons toutefois remarqué cette année que les nouvelles demandes n'ont pas autant augmenté pour la vente que pour la location.

DES CHANTIERS EN RETARD

Comme l'a expliqué Guy Entringer, la SNHBM serait dépendante des entreprises privées qui construisent pour le promoteur public et fixent les prix. A cause du manque de main d'œuvre et de matériaux de construction, qui arrivent plus lentement, les chantiers de construction de la SNHBM connaîtraient également quelques retards. Un facteur important reste cependant le terrain. Des terrains pour la construction de logements abordables sont prévus dans le Pacte logement 2.0. Cela donnera au moins de la prévisibilité au promoteur public. Il y aurait actuellement une réserve pour construire environ 3.000 logements, ce qui ne serait cependant pas beaucoup sur le long terme.

La durée des procédures administratives serait très variable. Cela pourrait aller de cinq ans à plusieurs générations, qui seraient impliquées dans un projet. Cela tiendrait parfois au fait que les documents administratifs changent.

Les particuliers inscrits auprès de la SNHBM, doivent renouveler leur inscription tous les trois ans, afin de signaler qu'ils sont toujours intéressés. Il n'y aurait aucune statistique concrète à ce sujet, mais les chiffres seraient en général inchangés, de sorte que l'on peut en déduire que la majorité des gens se réinscrivent.

RELEVER LE PLAFOND D'ELIGIBILITE POUR LA VENTE

Avec les difficultés constatées cette année à la vente, il serait important de relever au niveau légal le plafond à partir duquel un particulier est éligible pour un logement avec bail emphythéotique de la SNHBM. C'est bien prévu, mais la loi n'est pas encore en procédure législative. Guy Entringer a souligné à quel point il serait important que cette modification soit encore votée pendant cette législature.

Historiquement, la SNHBM ne disposait pratiquement pas de logements destinés à la location, mais à présent entre 25 et 30% de ce qui est construit, est prévu pour la location. 3.300 particuliers sont inscrits actuellement sur la liste pour un logement locatif, alors que la SNHBM dispose seulement de 486 logements destinés à la location.

MISER PLUS SUR LA LOCATION

La Société nationale des habitations à bon marché voudrait miser davantage sur la location, car elle aurait constaté une plus grosse demande. Elle voudrait atteindre les 700 à 800 logements d'ici quelques années. Là, elle serait encore dépendante de la réforme de la loi sur le bail à loyer, qui est toujours en procédure législative.

En tant que promoteur public, la SNHBM ne serait pas là pour faire de gros bénéfices, mais elle ne pourrait pas non plus travailler à perte. Avec la nouvelle loi, la construction de logements locatifs est initialement subventionnée à 75%, de sorte que la SNHBM paie elle-même 25%. En tant que société anonyme, la SNHBM doit aussi fonctionner économiquement, selon Guy Entringer. Là, il faudra voir si le compte est bon, si une nouvelle loi est finalement votée.

Pour cette année, ce sont 289 habitations qui seront achevées. L'an dernier, avec 300 logements à la location et à la vente, la SNHBM a battu un record. Mais elle préfèrerait encore construire plus vite.