Au Luxembourg comme ailleurs, ils sont nombreux à partager la souffrance du peuple ukrainien depuis l'invasion des troupes russes. Une résidente de la commune de Junglinster a décidé de prendre les choses en main et d'aider, comme elle le peut, les civils piégés dans ce conflit.

Les collectes s'organisent aux quatre coins du Luxembourg pour venir en aide au peuple ukrainien, sujet aux attaques et bombardements russes. Des groupes ont été créés, des liens ont été faits et des initiatives sont nées grâce à l'impulsion de quelques résidents du Grand-Duché.

Nous avons pu discuter avec Suzanne, une résidente de la commune de Junglinster, qui a lancé une collecte à la fin du mois de février. "Le père de mes enfants est ukrainien" explique-t-elle dans un message publié sur les réseaux sociaux. Quelques jours plus tard, elle nous raconte son périple.

"En voyant comment évoluait la situation, je me suis dit 'il faut qu'on fasse quelque chose'. J'ai essayé de mobiliser les gens autour de moi afin de rassembler des habits, des chaussures et des médicaments. Puis, il y a quelques jours, la commune m'a contactée pour me proposer de l'aide."

Un débarras et un moyen de transport lui ont été mis à disposition par les autorités communales. "Les dons sont acheminés vers Konz où une association ukrainienne prend le relais et envoie les chargements en Pologne, à la frontière ukrainienne", précise-t-elle.

Depuis le lancement de ce qu'elle décrit comme une "collecte en continu", force est de constater que le quotidien de cette Luxembourgeoise a beaucoup changé. Suzanne a collecté des vêtements, des chaussures et elle a même mis en place un digicash ("Don Ukraine"), "à la demande de beaucoup de personnes qui voulaient donner sous cette forme".

Avec ces fonds, elle va acheter des draps, des produits hygiéniques des bandages et des médicaments. Nous l'avons eu au téléphone alors qu'elle se dirigeait vers la pharmacie: "J'ai réussi à rassembler 2.000 euros de dons pour acheter du matériel médical. Ça partira dans le prochain camion."

Ce camion partira "vendredi ou lundi" pour Konz. Jusque là, il sera toujours possible de donner en se rendant au dépôt communal de Junglinster (8, Rue Ronnheck, L-6118 Junglinster). La commune demande "si possible" aux personnes voulant participer de venir "entre 8h et 17h". 

D'autres communes, comme celles d'Hesperang, ont lancé des collectes "au profit de l'Ukraine". Il ne faudra donc pas forcément aller jusqu'à Junglinster pour donner.

Et pour ceux qui préfèrent faire des dons depuis chez eux, ils ont également la possibilité de le faire via l'ASBL L'Ukraine qui a mis en place une plateforme de dons en ligneMédecins sans Frontière et la Croix Rouge Luxembourgeoise ont également lancé des appels aux dons ces derniers jours.

DES ACTIONS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Les internautes sont parmi les premiers à s'être mobilisés afin d'envoyer de l'aide en Ukraine. Nous avons pu nous entretenir avec Margot, une jeune femme qui a récemment ouvert un groupe surnommé "Lëtzebuerg hëlleft der Ukraine" sur Facebook.

En quelques jours, elle a rassemblé près de 200 internautes qui suivent désormais les opérations d'une association roumaine  (CERT Transilvania) à la frontière ukrainienne. "À l'origine, c'était une association qui apportait de l'aide aux Roumains qui vivent dans les montagnes et les contrées reculées de la Roumanie" explique-t-elle.

Avec ses 160 membres actifs, CERT Transilvania concentre désormais tous ses efforts à la frontière pour aider les réfugiés ukrainiens. "30 tonnes de biens ont été livrés, nous avons aidé des réfugiés à arriver à Cluj et Sibiu et nous espérons rassembler des volontaires pour la suite", écrit l'association sur sa page. 

Margot est devenue, par la force des choses, l'intermédiaire du groupe qui continue ses actions aux portes de l'Ukraine. "Ils espèrent pouvoir obtenir un visa auprès du gouvernement roumain pour passer la frontière et apporter de l'aide médicale aux Ukrainiens", relaie-t-elle.

"C'est un ami qui m'a mise en contact avec l'association" explique-t-elle. Margot dit "tout faire pour que ce soit transparent, que les membres puissent suivre les initiatives de CERT Transilvania et qu'ils sachent que leurs dons arrivent à bon port" sur son groupe.

Un autre groupe a également été ouvert afin de trouver des familles disposées à accueillir des réfugiés ukrainiens. Plus de 1.800 internautes sont devenus membres et proposent d'aider, d'une manière ou d'une autre, les réfugiés ou les familles qui veulent les héberger.

© Facebook/ Host Families for Refugees of War in Ukraine

Rappelons que l'Office national de l'Accueil a été chargé par le gouvernement de trouver et libérer des capacités d'accueil pour que le Luxembourg soit en mesure d'accueillir des réfugiés de guerre ukrainiens. La Croix Rouge et Caritas sont impliqués dans ce processus.