Télétravail, entrée en vigueur prochaine du CovidCheck au travail, mais aussi risques psychosociaux qui s'accentuent... Le directeur de la Chambre des salariés, Sylvain Hoffmann, aborde tous les sujets du moment.

Pendant la crise, le télétravail a bien aidé. La norme pourrait devenir un à deux jours de télétravail par semaine dans de nombreux secteurs, ce qui serait aussi utile pour mieux combiner vie professionnelle et vie privée. Mais beaucoup plus, ce ne serait pas nécessairement bien, estime Sylvain Hoffmann, le directeur de la Chambre des salariés (CSL), qui était l'invité de la rédaction de RTL ce mardi.

Au-delà d'une fois par semaine, le télétravail ne serait pas bon pour la culture d'entreprise ni pour conserver la valeur sociale du travail, considère Sylvain Hoffmann. Travailler beaucoup depuis son domicile présenterait aussi des désavantages.

COVID-CHECK ET OMICRON

Côté syndical, le Covid-Check obligatoire au travail, qui entrera en vigueur le 15 janvier, est toujours considéré avec scepticisme. Au début, "il pourrait y avoir des situations chaotiques lors du contrôle ou au niveau des capacités de tests".

Pour le directeur de la Chambre des Salariés, cela "reste une mesure socialement injuste: Si vous gagnez plus, vous pouvez davantage vous permettre de vous faire tester".

RTL

-> Covid-Check obligatoire au travail: À combien s'élèvera la facture pour les non-vaccinés ?

Si la mesure est médicalement légitime, ce serait une bonne chose que la durée d'isolement après une infection puisse être réduite, pour Sylvain Hoffmann. Une suggestion déjà faite lundi par le Dr Gérard Schockmel, spécialiste en maladies infectieuses. À cause du variant Omicron, le nombre d'infections augmente et il risque d'y avoir beaucoup d'absentéisme au travail, n'exclut pas Sylvain Hoffmann.

INTENSIFICATION DES RISQUES PSYCHOSIOCIAUX AU TRAVAIL

Le dernier "Quality of Work Index" - dont les données seront présentées "dans les semaines à venir"- montre à quel point la situation actuelle est stressante pour de nombreux employés.

Les données en cours d'analyse indiquent déjà des "évolutions négatives qui ont commencé avant la pandémie, mais qui se sont intensifiées". Burnout et dépressions risquent de poser de plus en plus problème: "40% des salariés craignent un burnout ou une dépression. 15% voient un risque fort de dépression chez eux-mêmes. Et ce qui est très inquiétant c'est que 6 % des salariés auraient également eu des idées suicidaires", explique Sylvain Hoffmann.

Les risques psychosociaux au travail seraient encore pris à la légère. Il faudrait pourtant une action préventive, comme pour les risques physiques au travail, estime le directeur de la CSL.

AUGMENTATION DE LA CHARGE FISCALE

L'inflation se fait sentir au niveau du portefeuille. Le pouvoir d'achat serait un problème, selon le directeur de la Chambre des Salariés. La charge fiscale augmenterait. La Chambre de Commerce avait demandé la révision du système d'indexation avec le retrait du tabac, de l'alcool et en partie de l'énergie du panier de biens. Pour Sylvain Hoffmann, cela n'a pas de sens. L'index serait le reflet de ce que consomment les gens et ne devrait pas être un instrument de politique sanitaire ou climatique.