Vacciné devant les caméras il y a 52 jours, Xavier Bettel a pourtant été infecté par le Covid-19 et devait avoir sa seconde dose du vaccin AstraZeneca... ce jeudi.

Tout sourire, Xavier Bettel, 48 ans, s'était fait vacciner le 6 mai "comme n'importe quel civil" au centre de vaccination Hall Victor Hugo au Limpertberg. Il avait alors reçu sa première dose du décrié vaccin AstraZeneca, rebaptisé Vaxzevria depuis.

Pourtant le Premier ministre a été infecté par le Covid-19 et souffre depuis dimanche de fièvre et de maux de tête. Malgré ces symptômes légers, il continue de télétravailler et exercer ses tâches et fonctions à distance. Il s'est placé à l'isolement pour dix jours. Expérience qu'il avait déjà vécue en décembre 2020, sans présenter de symptômes mais "par mesure de précaution" après avoir été en contact avec le président français, Emmanuel Macron, lors d'un Conseil européen.

Si l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca atteint 82 % après deux doses administrées (à 12 semaines d'intervalle), une bonne protection est obtenue dès la première dose. Vingt-deux jours après la première dose, l'efficacité de protection contre les formes symptomatiques du Covid-19 est de 76%. Elle se maintient au moins 90 jours.

Reste que si le vaccin protège contre les formes graves de la maladie et les risques extrêmement graves liés au Covid-19 (y compris le décès), une efficacité de 76% signifie que sur 100 personnes vaccinées, 76 sont efficacement protégées. Si la personne vaccinée tombe malade, les symptômes sont généralement moins graves et la maladie dure moins longtemps.

Comme il l'a révélé lui-même samedi sur RTL Radio, Xavier Bettel devait recevoir sa seconde dose du vaccin AstraZeneca ce jeudi, soit pile 8 semaines après la première dose. Depuis février le Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) recommande l'administration de la deuxième dose du vaccin entre la 8e et la 12e semaine après le première dose.

Mais même en respectant l'espacement entre les deux doses et après un délai de deux semaines pour avoir une protection maximale, aucun vaccin ne protège à 100% du virus.

UN INTERVALLE PLUS LONG AMÉLIORE L'EFFICACITÉ

Une étude publiée ce lundi 28 juin par l'université d'Oxford montre qu'un intervalle de plusieurs mois entre la première et la deuxième dose de vaccin AstraZeneca améliore l'immunité apportée. Les chercheurs ont montré que loin de nuire à l'efficacité du vaccin, un intervalle allant jusqu'à 45 semaines améliorait la réponse immunitaire face au virus.

En février, une étude de l'université d'Oxford publiée dans The Lancet avait déjà indiqué que l'efficacité du vaccin était plus grande avec un intervalle de 3 mois entre les doses (81%), qu'après un intervalle de 6 semaines (55%).

Dans leur étude publiée ce lundi, les chercheurs ont aussi montré qu'une troisième dose injectée plus de six mois après la seconde entraîne une "augmentation importante" des anticorps et provoque une "forte hausse" de la réponse immunitaire contre le Covid-19, y compris contre les variants.

QUELLE PROTECTION PAR RAPPORT AU VARIANT DELTA ?

Selon des données dévoilées le 16 juin par les autorités britanniques, la vaccination avec AstraZeneca et Pfizer/BioNTech et aussi efficace pour empêcher les hospitalisations quand il s'agit du variant Delta (variant indien) que quand il s'agit du variant Alpha (variant britannique).

Deux doses permettent d'éviter 92% des hospitalisations pour AstraZeneca et 96% pour Pfizer/BioNTech.

Deux semaines après la deuxième dose, le vaccin AstraZeneca est efficace à 60% contre la forme symptomatique du Covid provoquée par le variant Delta, contre 66% quand il s'agit du variant Alpha. De son côté, Pfizer/BioNTech affiche des performances de 88% et 93% contre ces variants.