Le président de l'Université de Strasbourg a condamné vendredi une agression antisémite survenue sur le campus, qui a donné lieu à des dépôts de plaintes.

"Je condamne avec la plus grande fermeté l'agression antisémite qui a eu lieu sur le campus universitaire dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 janvier 2024, dont j'ai eu connaissance le jeudi 1er février", écrit le président de l'université, Michel Deneken, dans un communiqué.

Il explique que "trois jeunes gens juifs, dont deux étudiants, ont été victimes d'une agression physique et verbale aux cris de +fascistes sionistes+ par un groupe de six personnes. Les conséquences de leur agression ont été constatées par la médecine de ville et la médecine légale après un dépôt de plainte à la police".

M. Deneken a expliqué à l'AFP s'être entretenu avec une des victimes, un étudiant en droit. "Il a été frappé, jeté à terre, c'est un fait très grave", a déclaré le président de l'université. "C'est une violence qu'on n'a jamais connue ici".

Depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, "on a eu des tags qu'on effaçait le matin pour éviter que les esprits s'enflamment. Ces jours-ci on a eu quelques blocages avec des slogans limites parfois par rapport à Israël, mais c'est la première fois qu'on a des faits aussi graves", a-t-il poursuivi, annonçant que l'université allait aussi porter plainte.

La police a confirmé à l'AFP le dépôt de plaintes, notamment pour coups et blessures. "Les victimes ont reçu des coups mais il n'y a pas eu d'hospitalisation. Il n'y a pas encore eu d'interpellations. L'enquête est en cours", a précisé la même source.

Dans un communiqué diffusé jeudi, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a expliqué qu'un militant de l'UEJF accompagné de deux autres étudiantes juives étaient en train de coller des affiches appelant à la libération des otages du Hamas ainsi que la phrase "Non à l'antisémitisme" à proximité du campus de droit lorsqu'ils ont été menacés verbalement par une "militante antisioniste". Celle-ci est revenue avec un groupe de cinq personnes qui ont frappé les trois étudiants aux cris de "fascistes sionistes", indique l'UEJF, précisant que "l'une des victimes souffre d'importantes contusions".

L'UEJF a indiqué saisir son avocat, Sacha Ghozlan, pour se joindre aux plaintes déposées par les victimes.

"Cette agression physique antisémite commise en réunion ne peut rester impunie", a déclaré Samuel Lejoyeux, président de l'UEJF dans un communiqué. "Elle doit également servir d'alerte généralisée: la diabolisation d'Israël nourrie par les groupuscules d'extrême gauche dans les universités entraîne la violence antisémite. Il est urgent de cesser de la tolérer."