Soupçonné d'avoir porté des dizaines de coups de couteau à un homme à Maizières-lès-Metz, un jeune suspect vient d'être libéré après une année passée en prison.

Un peu plus d'un an après la mort d'un homme de 27 ans, tué de plusieurs dizaines de coups de couteau à Maizières-lès-Metz, le suspect a été mis en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on appris mercredi du procureur de la République de Metz.

La décision avait été frappée d'appel par le parquet, a précisé à l'AFP le magistrat Yves Badorc. Mais elle a été confirmée par la cour d'appel de Metz dans un arrêt du 16 novembre.

Les raisons de cette mise en liberté "sont qu'au sens des critères juridiques pour le maintenir en détention, (les juges) ont estimé que la détention provisoire ne se justifiait plus", a indiqué à l'AFP l'avocat de la famille de la victime, Me Alexandre Bernard.

Le mis en examen a également proposé des éléments d'insertion, "un projet de logement notamment", a expliqué le conseil. "Pour la famille, c'est une décision très difficile à accepter car cela entraîne deux conséquences: la remise en liberté", et le fait qu'"en terme de procédure ça va décaler considérablement la tenue du procès", souligne Me Bernard. "Les parents ont tenu le choc pendant la procédure d'instruction et là ils sont dévastés."

Âgé de 17 ans au moment des faits, le suspect avait été interpellé dès le lendemain. Il a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire le 10 octobre 2022.

Une source au sein de la gendarmerie avait à l'époque dénombré 26 blessures par arme blanche. Le Républicain Lorrain affirme de son côté que 43 coups de couteau ont été portés.

Le mis en cause ne vit pas dans la région et n'a pas le droit de contacter les proches de la victime, selon le quotidien local.

Les faits se sont produits dans un parc, dans la nuit du 7 au 8 octobre 2022, en bordure d'une zone résidentielle de cette ville de 11.000 habitants, située à quelques kilomètres au nord de Metz. Voyant la victime se faire poignarder, un riverain avait prévenu les secours. L'intervention des pompiers avait été vaine.

Le dossier de la procédure a par ailleurs été remis au parquet de Metz aux fins de règlement le 22 novembre. Le parquet dispose désormais de trois mois pour rendre ses réquisitions, à la suite de quoi le magistrat instructeur rendra son ordonnance, a précisé M. Badorc.